Contraception masculine

Les méthodes déjà existantes

Technique du retrait : 

Cette méthode consiste à retirer le pénis du vagin avant l’éjaculation. Elle n’est pas complètement fiable pour éviter une grossesse. En effet, il est difficile de contrôler son éjaculation pendant le rapport sexuel et même lorsque cela est le cas, des spermatozoïdes peuvent être présents dans le liquide pré-éjaculatoire (la petite goutte). Une grossesse est, dès lors, possible.


Préservatif externe (préservatif “masculin”) : 

Il s’enfile sur un pénis en érection avant la pénétration et empêche ainsi les spermatozoïdes d’entrer en contact avec un ovocyte. À usage unique, il est facile à trouver et accessible à tout le monde. De plus, il a l’avantage d’éviter les Infections Sexuellement Transmissibles (IST).


Vasectomie : 

Il s’agit d’une technique de stérilisation masculine très fiable considérée comme définitive. Les canaux déférents transportant les spermatozoïdes des testicules à la prostate sont sectionnés ou bouchés de telle manière que le sperme ne contient plus de spermatozoïdes. La vasectomie n’a aucune influence sur la qualité de l’érection, ni sur la libido.Une fois l’opération effectuée, il faut attendre que tous les spermatozoïdes disparaissent (3 à 6 mois). Dès lors des spermogrammes (examens permettant l’analyse des spermatozoïdes) réguliers seront effectués.


Injections hormonales :

Cette méthode, réversible, consiste en des injections hebdomadaires ou en injection tous les 3 mois dans le muscle. Uniquement pour les personnes de plus de 45 ans. Il n’existe pas un médicament dont l’indication spécifique concerne la contraception hormonale mais il s’agit de l’utilisation détournée d’un autre médicament.

Contraception thermique

Le slip “Remonte-Couilles Toulousain” : cette méthode consiste à faire passer le pénis et le scrotum (la peau qui entoure les testicules) à travers un anneau sur l’avant du slip. Avec cette technique, les testicules restent à l’intérieur du slip, se rapprochent du corps, ce qui augmente la température des testicules de 2 degrés, rendant les spermatozoïdes inactifs. Cette méthode est réversible. Il doit être porté 15h/jour et est efficace après environ 3 mois d’utilisation. Il est peu coûteux pour les plus doué·es en couture.

L’AndroSwitch® (anneau thermique) suit le même principe que le slip “Remonte-Couilles Toulousain” : le pénis et le scrotum sont passés dans un anneau en silicone. Il doit être porté 15h/jour et est efficace après environ 3 mois d’utilisation. Cette méthode est également réversible et coûte quelques dizaines d’euros.

SpermaPause® (Slip chauffant) est un caleçon doté d’une compresse thermique qui réchauffe les testicules à 41°c rendant les spermatozoïdes inactifs. Il doit être porté environ 3h/jour. Cette méthode semble réversible mais n’a été que peu étudiée. Le dispositif (2 caleçons, 1 compresse chauffante et 1 batterie) coûte 95€.

Les méthodes en cours d’étude

Vasalgel :

Il s’agit de l’injection d’un gel dans les canaux déférents qui empêcherait le passage des spermatozoïdes. Cette méthode serait réversible mais elle est n’a actuellement été testée que sur l’animal.


RISUG :

Reversible Inhibition of Sperm Under Guidance : il s’agit d’un gel aux propriétés spermicides injecté au sein des canaux déférents. Ce gel bloquerait la progression des spermatozoïdes et provoquerait une altération de ces derniers en les empêchant de remplir leur rôle de fécondation. Cette méthode serait réversible. Développée depuis plus de 20 ans en Inde, cette technique en est à sa phase III d’essais cliniques.


Méthodes hormonales :

La pilule et le gel hormonal en sont encore aux phases expérimentales. Pour la pilule, un avenir prometteur est assuré selon les chercheurs.